Aux sources de l’Inde (2)

Les rencontres de la non-dualité : Nisargadatta

Extrait de l’ouvrage "Nisargadatta, Notes" de Mark West.

mercredi 10 septembre 2008 par Claire Mercier

"Mes mots ne peuvent échouer, mes phrases vont pulvériser les concepts de quiconque les écoute." Nisargadatta.

Sri Nisargadatta Maharaj, dont des notes viennent d’être publiées par les Editions L’Originel Charles Antoni, s’exprime dans cet extrait sur Osho Rajneesh.

Maharaj : En venant ici, il semble que vous obteniez quelque chose et ce quelque chose c’est la découverte de ce que vous êtes. Vous vous êtes rendu compte que rien, en réalité, ne vous arrive ou ne peut vous affecter. Une fois que vous avez trouvé ce que vous êtes, vous savez que rien ne peut réellement vous arriver. Vous savez que tout arrive à cause de vous et non à vous. Vous avez compris que l’autorité ou le pouvoir est avec vous. Le Soi est en vous. Quand vous vous interviewez vous-même, l’interviewer et l’interviewé sont une seule et même personne. Quel peut en être le résultat final ?

Il n’y a eu ni gain ni perte, ce n’était que le domaine de la pensée. Quoi que vous « possédiez » (nationalité, nom, forme, sexe, etc.) cela ne restera pas avec vous. Vous devez être capable de vous interroger vous-même en utilisant votre pouvoir de discrimination pour réaliser que rien dans ce monde objectif ne restera avec vous. Même Dieu, (Ishwara, le Seigneur ou créateur), est temporel. Même lui, ne pourra pas rester. Vous avez la connaissance du Soi maintenant, mais quel est le résultat final, profit ou perte ? Rien, cela ne représente rien. Votre Réalité n’a rien gagné ni perdu dans tout cela. Vous pouvez rencontrer un autre guru qui essaiera de vous donner une sadhana ou technique, mais vous ne vous laisserez pas avoir. Vous saurez immédiatement qu’elle est inutile et vous la rejetterez délibérément, car vous savez que votre vraie nature, votre Réalité, n’a absolument besoin de rien. Pourquoi devrais-je me préoccuper du mental de Rajneesh, quand je ne crois même pas le mien. Je connais la source de mon propre mental, de ce fait, je connais celle de tout autre mental, et je sais que mon mental dans sa pureté est Brahman (Dieu), mais je sais aussi que cela n’est qu’une idée et je suis même au-delà de cela. La conscience de Je suis est finalement identique au mental. Tout ce vaste univers est vraiment dans ce mental ou conscience de Je suis, qui n’est qu’une apparence. Je sais que mon mental, dans sa pureté absolue, est Ishwara (Seigneur Dieu ou créateur), mais je suis différent de lui à tout moment.

Quelle est la nature de cette conscience Je suis, je sais que je suis différent d’elle et que je suis au-delà. Je connais ma véritable position, pourquoi aurais-je, donc, besoin de plus en plus d’activités et de jeux dans ce monde illusoire ? Pourquoi donc, créer davantage d’illusion à l’intérieur de l’illusion ? Rajneesh propose tant de techniques et de méthodes, mais ont-elles vraiment pour objectif d’atteindre la Réalité qui est toujours avec nous ? Ce qui est vraiment nécessaire c’est une compréhension correcte de ma vraie nature, et non toutes ces petites méthodes et techniques. Ma vraie position est, de tout temps, au-delà de cette conscience de Je suis. Quoi que ce soit qui puisse sortir de cette conscience « Je » (mental, corps, monde, etc.), lorsque je sais que je ne suis pas cela, pourquoi devrais-je être dépendant de quelque mental, méthode, idée ou technique qui émanerait de cette conscience illusoire ? Je ne pense jamais, je n’aspire à rien ni ne désire rien. Je n’ai aucune idée. Si deux personnes ou deux mille viennent m’écouter, cela ne changera rien pour moi, car je n’ai pas la notion de gain ou de perte.

Je sais que Rajneesh n’est qu’un mental ou une personnalité illusoire, pourquoi donc devrais-je m’occuper de ce que son mental fait ou dit ? Je sais que je ne suis personne, je n’ai le sens d’aucune personnalité, je n’ai donc besoin de rien et je n’ai rien. La conscience de Je suis est l’instrument du corps, mais en réalité elle n’a ni forme, ni couleur. Les plaisirs du sexe entre l’homme et la femme sont la chose la plus importante autour de laquelle tout tourne dans le monde objectif. C’est le plaisir autour duquel tout est bâti, mais même cela ne constitue qu’un sentiment et non une Réalité. Certains considèrent que l’acte sexuel pratiqué avec quelqu’un d’autre que son époux ou épouse est immoral, d’autres considèrent que le brahmacharya (abstinence) est la plus grande vertu.

Le vrai Brahmacharya est le Brahman (Soi) qui, en regardant, voit que la conscience Je suis elle-même est immorale ou illicite.La naissance de chacun de nous est illicite, car en réalité, elle est illusoire. Chaque chose que je vois ou perçois, l’est à l’aide de cette conscience de Je suis qui est impermanente et illusoire, pourquoi devrais-je donc me sentir concerné ? Se tournant vers un couple d’Australiens : « Maintenant vous êtes un couple, mari et femme, mais je sais que vous n’avez jamais vraiment existé (en tant que personnalité), pourquoi devrais-je donc me sentir concerné si vous devenez trois, quatre ou cinq ? – Si vous avez un, deux ou trois enfants ? Quand la conscience Je suis est présente, il y a alors, tant de choses et de personnes, mais lorsqu’elle se retire, il n’y a plus rien ni personne, quelle est donc, la vraie nature de cette conscience ? Vous n’êtes aucune chose, mais vous n’êtes pas rien non plus. » Vous devez complètement lâcher le sens du corps, si vous voulez atteindre ou réaliser cette Réalité, car dans la réalité, il n’existe rien tel que le sens du corps-esprit. Sur quoi allez-vous pouvoir méditer alors ? Quand il n’y a que le Soi, reste-t-il quelque chose sur quoi méditer ?

Mark West

Acheter Nisargadatta, Notes, en ligne


Forum

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques |

     RSS fr RSSPhilosophies et Religions RSSNon-dualité   ?

Creative Commons License

-->