Les indien Kogis

Tisserand du soleil

Kathy Dauthuille

jeudi 16 décembre 2010 par Claire Mercier

Kathy Dauthuille naît à Arras le 16 juillet 1950. Dès l’âge de huit ans, elle commence à écrire après avoir entendu une émission de radio sur Marceline Desbordes-Valmore. Fille du peintre André Dauthuille, elle suit sa scolarité dans le Pas-de-Calais puis poursuit ses études supérieures à Madrid. Licenciée et titulaire d’une maîtrise en espagnol, elle enseigne dans plusieurs villes de la région Nord-Pas-de-Calais et continu son cursus à Lille pour préparer une thèse de doctorat sur Henri Bosco qu’elle soutient le 4 mars 1983. Elle commença à enseigner à Saint-Pol-sur-Ternoise où elle fit la connaissance de la poétesse Jeanne Maillet qui rédigeait le Cercle poétique du Ternois dont elle devint membre à son tour et fut reçue à la Société des Rosati en 1978. Elle a participé à l’émission télévisée « Entre nous » sur FR3 les 7 et 9 juin 1979, à des émissions de radio (Fréquence-Nord). Il lui a été consacré de nombreux articles dans la presse (La voix du Nord, L’abeille de la Ternoise, Plein Nord, La feuille de cristal, Arras Actualités). Elle reçut la médailles d’or de l’Académie d’Arras en 1979, et le Prix du récit de la Renaissance Française lui fut remis à Lille en 1990.

Bibliographie :
  les voyageurs au sang d’or, Les Editions du Puits de Roulle, 2010
  Tisserand du soleil, Les Editions Thèles, 2008
  Participation à L’Anthologie des Ecrivains du Nord et de l’Est, Editions La Bruyère, 1981
  A participé à Estracelle, Poésie d’aujourd’hui en Région Nord-Pas-de-Calais, Editions Maison de la Poésie, 1994.

Extrait de Tisserand du soleil :
« Par son regard et son sourire de lumière, l’homme kogi m’avait permis d’entrer dans son monde non pas par une entrée concrète mais par une entrée dans ce que je frôlais plutôt ou ressentais. J’étais venu avec ma quête au fond des yeux et du cœur et je restais en attente, prêt à répondre à son appel. J’avais toujours l’impression qu’il m’attendait quelque part et mon désir de compréhension avait traversé l’espace. Il me recevait presque toujours sans un mot, à l’écoute, et je pense que ma démarche avait été acceptée tacitement. Et puis j’avais franchi la distance ; celle de la frontière du jugement, de l’attachement, du conditionnement. En une fraction de seconde, j’eus le sentiment que j’avais touché l’âme profonde de l’Homme, la source primordiale, la pépite d’or de la communication. Je n’étais plus étranger, mais participais à l’harmonie, me fondant au lieu où tout était lié. J’eus le sentiment étrange que les temps se chevauchaient comme les axes et les lignes de portée… le fil se déroulait ».

Voir en ligne : Site de Kathy Dauthuille

Forum

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques |

     RSS fr RSSTraditions   ?

Creative Commons License

-->