« Alchimie »

Le Grand Œuvre dévoilé

Edition Arqa

mardi 28 décembre 2010 par Claire Mercier

« Alchimie » - Ultime métaphysique, sans doute, de la matière pure révélée à l’adeptat, science de la vie, androgynie des contraires, sacralisation parfaite d’une opération menée de main de maître sur le monde minéral et poussée à son ultime feu pour en faire poindre, au cœur de la nature naturante, l’absolu des formes manifestées et ce, devant le seuil d’une humanité sans voix définitivement altérée par les signes des Temps.

Grande cire rouge encore, appréhendée selon les sentiers de la Tradition - qui sont ceux de la transmission, l’Alchimie croît en conscience dans la spiritualité des minéraux et des métaux exposés au laboratoire et le silence approprié de l’oratoire.

Transmutation - considérée comme « impossible » - des structures acquises selon les éléments, les règnes et les lois, la Pierre philosophale, telle une révélation divine apportée seulement au plus petit d’entre tous, au plus pauvre des cherchants, humble voyageur muni pour seul viatique du « don de Dieu », ne se conçoit véritablement en tant que voie de perfection, que comme un pèlerinage ineffable acceptant le « retournement » pour unique alternative à l’incarnation adamique. Cette preuve - qui est aussi une épreuve - soyons-en bien certains, admet à contre-courant de la pensée établie, l’espace et le temps comme des dimensions trop étroites insuffisamment décrites par notre science physico-chimique moderne et pallie cette bien trop courte conception du monde quantique par une analyse qui concerne avant tout cette « force forte de toutes forces » dont nous parlent à mots couverts tous les anciens textes alchimiques.

De l’Ergon au Parergon le sentier des Philosophes de la Nature, jonché de ronces ne laissera apparaître, pour qui le peut, la rose éternelle qu’au détour de bien des années d’infructueuses recherches, et pour cause. Comme le souligne parfaitement l’auteur de ce livre : « Les matières en général et les métaux en particulier sont bien plus métastables qu’on ne le soupçonne généralement et les quasi-plasma que génère notre voie par le feu entrent - évidemment - en résonance avec les forces colossales de l’univers. »

Un concept alchimique, au sens noble du terme, est exprimé ici en peu de mots, où le coup de dés du « hasard » entre alors dans la partie. Mais que sont ces énumérations de noms épars : «  Graal », « Pierre Philosophale », « Œuvre au rouge » et bien d’autres appellations encore, au seul regard de l’incarnation du Verbe qui indique, en suivant l’étoile, selon la singulière opération actionnée par l’alchimiste, le renversement inévitable de la première matière, qui n’a de fondement authentique que dans l’irremplaçable médiation de l’expérimentation vécue. Ces considérations exceptionnelles sur l’Alchimie pérenne, données dans ce livre pour la première fois avec autant de charité que de clairvoyance, par un auteur désireux de rester anonyme, mais qui connut parfaitement tous les grands noms de l’Alchimie du XXe siècle, de Louis Cattiaux à Eugène Canseliet, pour ne citer que ces deux noms, permettront sans aucun doute au lecteur soucieux de découvrir des clefs inédites sur la Science sacrée, d’avancer encore, et de puiser à la source par ces réponses apportées par l’auteur, autant de méditations fructueuses sur le Grand Œuvre alchimique.


Forum

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques |

     RSS fr RSSPhilosophies et Religions   ?

Creative Commons License

-->