Eveil impersonnel, le Blog

Ma conscience se retira du paysage

- François Malespine

lundi 31 janvier 2011 par Claire Mercier

A partir de cet espace le monde (intérieur ou extérieur) est simplement vu. Cette conscience est non connectée mais intensément présente au « nom et à la forme ». Elle est vécue comme « source-mère » de toutes les formes manifestées, et de ce fait fondamentalement aimante. Pur « Je Suis », elle est présence numineuse, énergie à partir de laquelle, comme le dit Ramesh Balsekar « La Vie EST ». Tout apparaît et disparaît en son sein.

≈≈≈≈

Après cet éveil ordinaire, même si cet état n’est pas stabilisé, nous nous ressentons comme « espace » en lequel se déploie le manifesté sous la forme de l’individu que nous sommes, et sous la forme du monde. Nous assistons à l’apparition et à la disparition constante du vu, perçu, conceptualisé, de nos identifications (apparition et disparition du spectateur scotché au film et identifié au premier rôle). Nous commençons à devenir une personne, dans les deux sens de ce terme : être sans moi (je ne suis personne) et per sonare (sonner à travers). Il est alors clairement perçu que la réalisation de cette conscience impersonnelle totalement accomplie laissera l’incarnation vide de moi et libre de résonner du Divin.

Extraits choisis pour Éveil Impersonnel, tirés du livre Mal d’ego, Bonheur d’être, de François Malespine, publié aux Éditions Charles Antoni - l’Originel.

Voir en ligne : Eveil impersonnel

Forum

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques |

     RSS fr RSSPhilosophies et Religions RSSNon-dualité   ?

Creative Commons License

-->