Nouveauté !

Le miracle d’être, Stephen Jourdain

Entretiens réalisés par Charles Antoni

samedi 10 novembre 2012 par Claire Mercier

Extraits :

Référez-vous à la manière dont vous perceviez ceux que vous aimiez quand vous étiez tout petit et vous aurez une idée de la manière dont devrait percevoir l’être humain. C’est très difficile après de rectifier le tir, très, très difficile. Mais à nouveau, il y a ce fait qui peut passer pour scandaleux mais tant pis si le scandale est dans la réalité car ce qui est important c’est de dire la vérité et tant pis si elle est scandaleuse, à savoir que votre premier devoir est de sauver votre âme. Ce n’est pas d’aimer votre prochain ni même d’aimer votre frère, votre mère….. Votre premier devoir est de sauver votre âme, c’est de veiller, de vous veiller vous-même.

L’important, je ne crois pas que se soit tellement ce que l’on fait, c’est l’état d’esprit dans lequel on le fait. On devrait le faire joyeusement et activement, jamais tristement et passivement. Il n’y a aucune obligation à s’éveiller. Si on s’engage dans cette voie, c’est parce que l’on a soif, on a envie d’y aller parce que c’est amusant et passionnant. Si on y va à contre cœur, c’est dommage. Vraisemblablement serait-il plus fécond existentiellement parlant d’aller boire un demi à la terrasse d’un café si on en a vraiment envie. Epouser sa propre pente est très, très important. Le propre des rivières est de couler dans leur lit, elles sont très sages. Nous généralement, nous coulons à côté de notre lit, ce qui est peu raisonnable et c’est très dangereux parce que c’est une des expressions de la division de soi. Il vaut beaucoup mieux aller au cinéma, parce que c’est un penchant naturel et simple et vivant, que d’aller ramper vers Dieu pour de mauvaises raisons et à contre cœur !

Cela m’est arrivé quand j’avais 16 ans. On ne peut pas l’apprendre intellectuellement mais on est obligé d’en parler de cette manière-là. C’est très difficile d’en parler. Je ne peux pas ne pas m’adresser à cette chose-là comme ayant un enracinement historique, c’est impossible ! Mais est-ce que l’essence de cette chose est engagée dans cette date ? Sûrement pas, bien entendu. Est-ce que cela signifie que cette chose est immortelle ? Immortel, éternel... Mais c’est vrai que l’essence de cette chose n’est pas engagée dans cette date.

De plus, ce n’est pas une chose, c’est un acte, un geste. Je suppose que les philosophes appelleraient cela un ‘acte pur’. C’est un peu prétentieux comme terminologie mais cela cerne bien la chose ; un acte pur qui s’auto génère mais il n’y a pas de réactualisation, ce n’est pas engagé dans la durée. C’est une récusation massive, absolue de la durée et ça pulvérise, consume la durée comme d’ailleurs ça consume tous les concepts qui forment le fond de l’entendement : tout est consumé.

Mais cette consomption se consume elle-même. C’est pour cela que je peux en parler, sans cela je ne le pourrais pas. En fait il ne se passe rien mais tout s’est passé, on est dans l’intégrité de soi et rien au monde ne pourra plus nous en déloger. C’est tout de même enviable ! L’essence de cette chose n’est pas engagée dans le moment où elle a jailli et en vérité on pourrait se demander si véritablement elle a jailli, si véritablement il est convenable d’en parler comme d’un évènement. D’une certaine façon, c’est l’évènement le plus colossal qui puisse se produire ; l’explosion de mille soleils dans la galaxie serait peu de chose à côté de cela, et d’un autre côté, il ne se passe absolument rien. C’est un non évènement pur. Ce qui ne facilite pas la tâche du pauvre type qui a décidé d’en rendre compte parce que tout de suite il va s’empêtrer dans beaucoup de contradictions. Mais cela ne fait rien.


Forum

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques |

     RSS fr RSSPhilosophies et Religions   ?

Creative Commons License

-->