On en parle

La parole décapante - Stephen Jourdain

Blog ÉVEIL IMPERSONNEL et approches non-duelles

dimanche 3 février 2013 par Claire Mercier

La Parole Décapante
Entretiens réalisés par Charles Antoni.
Préface Installés dans la grande demeure forestière du Col de Vizzavona, près de la gare, assis face à face, sur de confortables fauteuils du salon, chaque jour Steve et moi échangions nos idées autour de "comment va le monde", et cela pouvait durer des soirées entières, à n’en plus finir. Les propos de cet éveillé sauvage étaient si décapants que j’essayais, tant bien que mal, de déchiffrer ce qu’il voulait me transmettre. J’éprouvais parfois la sensation que ma tête allait exploser.

Il nous arrivait de partir en escapade pour aller déjeuner dans un restaurant du village de Vivariu, à la cuisine traditionnelle, tenu par une vieille dame que Steve connaissait bien et avec laquelle nous devisions sur l’avenir de l’île. Nous allions aussi au bord d’une de ces rivières si typiques de la Corse, étincelantes et d’une pureté absolue, où Steve me faisait la démonstration des possibilités surprenantes de son corps, plongeant directement, sans hésiter et sans se soucier de la température de l’eau ; il semblait imperméable à toutes sortes de stimuli extérieurs.

Lors de nos échanges, à mes questions Steve répondait par de longs monologues en une langue ciselée, précise, quasi poétique. L’écouter était des plus captivant, les phrases semblaient sortir d’elles-mêmes en un flot ininterrompu, sans aucun effort. Peu importait le lieu où il se trouvait, une avenue en ville, au bord de la mer, en voiture, il pouvait aborder n’importe quel sujet, cela s’écoulait spontanément en un mouvement naturel.

Sa liberté de langage révélait une pratique métaphysique de haut vol. Son discours n’avait strictement rien à voir avec toutes ces élucubrations de maîtres spiritualisants, qui aujourd’hui surgissent de toutes parts, se gargarisant de formules récurrentes qu’ils rabâchent à tour de bras. Ici, il s’agissait d’une rupture totale.

Les propos de Steve Jourdain étaient d’une fulgurance à vous couper le souffle. Certes, il avait, au fur et à mesure du temps, élaboré son propre langage, mais ce qui était certain c’est qu’il n’avait copié personne. Une grammaire inédite émanait directement, comme il aimait à le souligner lui-même, de cette chose qui lui était tombée sur la tête à l’âge de seize ans. S’en était-il vraiment remis ?

Sa découverte était née du cogito ergo sum de Descartes qu’il avait trituré dans tous les sens, formule dont il avait fini par entrevoir le sens caché, mais qui dans le même temps l’avait totalement foudroyé. Comment survivre à un choc semblable ? Dans sa jeunesse, ce privilège que la nature lui offrit ne le fit pas très bien voir de l’intelligentsia parisienne qui sévissait à cette époque-là. Beaucoup le rejetèrent. Il ne fut soutenu que par quelques intellectuels dont Jean Paulhan. On pourrait qualifier Stephen Jourdain de " Rimbaud de la métaphysique". A la différence du poète qui abandonna tout pour vivre une vie de vagabondage en Abyssinie, lui poursuivit sa vie sociale et assuma comme il le put son rôle de père de famille.

Pour tenter d’approcher sa pensée je lus La flèche de talc, Éveil, et Cette vie m’aime, trois ouvrages fascinants écrits dans sa jeunesse, essayant de comprendre tant bien que mal ce bibi comme il le nommait lui-même. Ce bibi me causait bien des problèmes, mais en définitive la chose me paraissait de plus en plus simple, bien qu’il me fût alors difficile de l’appréhender. Tous les jours je revenais à l’assaut et Steve repartait de plus belle dans ses pérégrinations métaphysiques. Son intelligence créatrice semblait jouer en maître de ballet avec les concepts les plus affûtés, coupant sans vergogne la tête à toutes nos croyances. Nous étions en pleine verticalité.

Nos rencontres furent régulières durant trois ans, de 1990 à 1993, avant que nos chemins ne se séparent et que chacun continue de vivre ce qu’il avait à vivre. Stephen Jourdain, un être d’exception, à qui seul le temps offrira sa juste place.

Voir en ligne : La Parole Décapante

Forum

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques |

     RSS fr RSSPhilosophies et Religions   ?

Creative Commons License

-->