Le Bwiti et le bois sacré d’iboga

Le nouveau Nganga d’Ebando

Témoignages

lundi 3 avril 2006 par Claire Mercier

Tatayo présente ici le nouveau Nganga d’Ebando, fraîchement initié, et sa correspondance avec M. qui semble attiré par le BOIS ! Initiation réalisée en forêt quasi-vierge, en bord d’océan d’azur, à 30 minutes de Libreville par bateau et 300 mètres du meilleur restau d’Afrique, dans le parc Naturel de Pongara, inhabité par l’homme...).
JPG - 11.3 ko
Paroles d’un enfant du Bwiti

"Actuellement je suis en recherche et envisage d'aller au Gabon, chez Tatayo. Il m'a laissé vos coordonnées, aussi je prends la liberté de vous envoyer quelques lignes. J'habite la région Lyonnaise. C'est vrai que depuis que je m'intéresse à cette démarche et pour avoir lu quelques ouvrages et témoignages, je crois surtout que j'ai quelques peurs encore à franchir le pas; malgré plusieurs séjours en Amazonie où j'ai pris l'Ayahuasca, mais là, je ressens quelque chose de différent.
Je crois que pour vous l'expérience est récente. Pas trop difficile de revenir dans notre réalité occidentale? Enfin, je vous remercie de bien vouloir m'apporter quelques conseils, et si vous le sentez juste, quelques aspects de votre expérience, même si l'essentiel ne peut être véritablement partagé.
Bien Cordialement,
M."

Mon cher M., je vais te répondre de manière franche et méthodique :

1°) Oui, il est difficile de revenir à ce que j'appellerais plutôt la rêverie Occidentale (Tatayo, qui aime jouer avec les mots, dit "accidentée").

2°) Le conseil que je te donne est le suivant : on ne doit aller vers Iboga que si l'on en ressent l'appel ; si l'on n'en ressent pas l'appel ou si, une fois arrivé là bas, l'Esprit dit "non" par des signes clairs, il faut savoir renoncer. L'épreuve initiatique est si éprouvante qu'on ne peut raisonnablement le conseiller à personne, seul l'Esprit est en mesure de savoir qui est apte à subir la loi d'Iboga. Par ailleurs je dirai qu'il faut être prêt à mourir pour la Vérité ou bien on n'a qu'à aller se faire foutre et continuer à vivre dans la médiocrité.

3°) Des aspects de mon expérience ? Tu as peur et c'est une bonne chose, ça fait partie du prix à payer et le prix à payer est aussi financier, l'initiation complète avec les "protections" coûte 2500€ et il faut pouvoir consacrer deux à trois semaines pour tout vivre dans de bonnes conditions. Avec le prix du billet depuis Paris il faut donc compter une dépense d'environ 3500€. Il faut savoir payer cher et sur tous les plans pour bénéficier le plus puissamment possible de l'initiation. Se faire initier à l'Iboga n'est pas une petite affaire et en particulier avec Tatayo qui est un excellent serviteur du Bois car il le donne TOTALEMENT.

Voilà M. ce qui me passe par la tête et par le coeur au moment de t'écrire. Tu remarques que je ne me fais ni tendre ni rassurant mais cela vient de ce que le Bois m'a donné lors de mon initiation ; le Bois a besoin désormais d'hommes et de femmes forts, d'êtres raffinés, plus intelligents que la moyenne et qui sauront, à l'issue de leur rencontre avec Iboga, transmettre un feu nouveau à l'humanité qu'ils côtoient.

Bonne chance dans la vie !

Nyoundou Na Mikanzo, elyan@wanadoo.fr

En réponse à MCC qui voulait se faire initier en Avril, voilà ce que Nyundu, notre dernier NGANGABOUTI répond aux questions de la dame.....

Me revoilà, bokayà ! Il fallait que tu aies ces informations le plus vite possible, maintenant je vais prendre plus de temps pour répondre aux questions plus philosophiques que tu poses :

Par rapport au travail fait avec la plante, rien ne doit nous toucher? Pendant l'initiation, "on" ne touche pas le Banzi, on doit même pas lui parler pendant qu'il est sous l'effet du Bois. Ceci afin de laisser l'initiation aux soins de l'Esprit. Dans le Bois on est seul face à soi même et il faut qu'il en soit ainsi. Par ailleurs sous l'effet de l'Iboga on est "ouvert", donc vulnérable, le corps de garde est là pour assurer la protection du Banzi tant matérielle que spirituelle. Le Banzi est aux "mains" du Bwiti, de l'Esprit, il est sacré, on ne souille pas le sacré, donc on ne le touche pas. Le toucher pourrait laisser passer des influences que l'on ne soupçonne pas, on entre dans le subtil, tout acquiert une importance inhabituelle.

Peux-tu me raconter ton expérience? Difficile de raconter son expérience, impossible même, les mots manquent et mentent, alors je me suis donné comme ligne de conduite de ne dire que ce qui peut être utile à mon prochain. Mon expérience a été très douloureuse physiquement, émotionnellement et mentalement. Heureusement Hugues et les Ngangas de son corps de garde sont compétents et dignes de confiance et j'ai pu endurer les souffrances choisies par Iboga pour moi, bien entouré, en toute sécurité et sans me préoccuper d'autre chose que le travail d'Iboga en moi. Bien qu'ayant beaucoup souffert je reviens de l'initiation avec le sentiment d'être comme neuf, nettoyé dans le corps, dans le coeur et dans mes mémoires. Et j'ai oublié les douleurs de l'initiation, car ce que le bois te fait endurer, il te donne aussi la force de l'endurer.

Mon expérience d'Iboga ne se décrit pas en visions ou hallucinations, c'est beaucoup plus fort que ça, c'est une mort et une naissance, car Hugues donne le bois totalement et jusqu'à saturation afin qu'il nous envahisse comme Il le désire. Trop de Ngangas peu scrupuleux dosent insuffisamment leurs Banzis, pour retenir la Connaissance et garder un pouvoir sur les "autres". Hugues est un véritable serviteur du bois et nul ne repart de chez lui sans avoir été inondé par la substance sacrée d'Iboga. Il faut faire confiance à ses méthodes et se laisser faire, il est un vrai "maître" initiateur expérimenté et qui ne cherche jamais à influencer les personnes que l'Esprit envoi vers lui.

Que s'est-il passé dans ta vie depuis le travail avec la plante? C'est une indiscrétion délicieuse... Si je prends autant de soins à répondre à tes questions (et à toutes celles que mes proches me posent) c'est qu'elles m'aident dans mon travail d'étude des effets d'Iboga en moi et me permettent de "faire circuler l'Esprit". Chaque interrogation est une occasion supplémentaire de manipuler le Bois en moi. Cela dit, personnellement, j'ai préféré partir vers le Bois avec le minimum de renseignements pour minimiser les influences et je me suis donc empêché de me renseigner. Toi au contraire tu préfères, parce que tu sens que c'est bon pour toi, avoir un certain nombre d'informations. Par ailleurs, expliquer ce qui se passe dans ma vie désormais, n'est significatif qu'à condition de savoir un minimum comment je 'vivais' avant. Sans rentrer dans des détails sordides qui me donneraient l'impression de parler exagérément de moi, l'initiation a renforcé l'Essentiel et amoindri l'annexe.

Voilà, MCC, ce que j'étais inspiré à partager avec toi aujourd'hui, je n'insisterai que sur un point : Hugues is the right man.

Meilleurs voeux de paix profonde !

Nyundu Elyan Na Mikanzo, elyan@free.fr

Commander "Paroles d’un enfant du Bwiti" de Marion Laval-Jeantet
www.loriginel.com

Forum

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques |

     RSS fr RSSPhilosophies et Religions   ?

Creative Commons License

-->