William Shakespeare

Lecture alchimique du "Marchand de Venise"

Sébastiano Caracciolo

jeudi 10 mars 2016 par Claire Mercier

"Ce fut comme un foudroiement. J’eus l’impression d’avoir touvé dans cette oeuvre de Shakespeare un trésor qu’à présent je souhaiterais partager avec tous ceux que la culture scientifique hermétique passionne." Sebastiano Caracciolo.
JPG - 20.7 ko
Agrandir l’image

Qui veut pénétrer l’intime signification du symbolisme du Marchand de Venise doit dépasser une série de préjugés, le premier étant le littéraire. Il est besoin de dépasser en définitive l’attitude de celui qui, dans l’œuvre en question, refuse de voir autre chose qu’une production fantastique, poétique et, tout au plus, moralisatrice, méconnaissant ce qui en elle peut avoir une valeur symbolique supérieure.

La caractéristique de la méthode indiquée, qu’à l’opposé de la méthode profane - empirique ou critique - intellectuelle nous pourrions appeler " traditionnelle ", c’est de mettre en relief le caractère universel des symboles et des enseignements qui émanent d’eux en rapport avec une constante tradition initiatique transmise dans l’antique sagesse.

Les thèmes dominants dans les différentes traditions occidentales et orientales parvenus jusqu’à nous à travers mythes, légendes, allégories et symboles sont principalement les suivants :

- thème d’un centre primordial ;

- thème d’une " chute " de l’homme du " centre primordial ", c’est-à-dire des plans de conscience supérieurs à des plans plus grossiers et matériels ;

- thème d’une recherche du " centre primordial ", d’une réintégration possible seulement à travers des épreuves, sacrifices et purifications ;

- thème du passage des eaux ; - thème d’une succession ou d’une restauration royale ;

- thème de la " femme ", qui, selon le comportement du héros, peut être cause de séduction dissolvante ou de victoire.

Dans Le Marchand de Venise, l’auteur démontre clairement vouloir rappeler en une clef moderne (relativement à son temps) l’antique tradition et la répétition du drame initiatique. Il est bien connu, d’autre part, qu’une théorie assez accréditée parmi les critiques affirme que l’auteur des œuvres signées Shakespeare serait Francis Bacon, considéré par la tradition comme un membre de la Rose+Croix. Dans tous les cas, il est vraisemblable que Shakespeare lui-même ait fréquenté des milieux dans lesquels l’étude de l’ésotérisme était coutume.

JPG - 27.8 ko
Agrandir l’image

L’époque dans laquelle vit Shakespeare est en effet celle où pullulent le plus d’ordres initiatiques et hermétiques ; celui de la Rose+Croix n’est pas le dernier, qui donne une nouvelle vigueur à l’ésotérisme initiatique qui portent à leur apogée les mythes et légendes de la tradition nordique, ainsi que celle de l’Egypte classique, de la Grâce, de Rome etc.

Pour pouvoir bien comprendre notre thèse, il faut que les personnages clés de l’œuvre examinée Bassanio, Antonio, et Shylock, soient vus comme les différents aspects de l’adepte sur la voie de l’éveil, sur la voie initiatique qui conduit à la conquête d’un état de conscience supérieur, alors que Porzia devra être vue comme la force universelle sans la domination de laquelle aucun itinéraire initiatique ne peut être mené à terme.

L’Adepte est dans le cas présent Bassanio, alors qu’Antonio représente sa partie spirituelle et Shylock sa terrestréité. Bassanio est l’aspirant, l’homme déchu qui, fatigué de s’abrutir dans la matière, désire finalement se réhabiliter, ne pouvant plus supporter sa situation actuelle, est disposé à risquer le tout pour le tout.

Porzia représente la " Femme " qui doit être délivrée et épousée après le passage des eaux et après la réussite de l’épreuve qui consiste à découvrir l’énigme posée par son père. Dans sa villa, vierge orpheline, elle est prisonnière du serment fait à son père mourant de n’épouser que celui qui saura percer l’énigme des trois coffrets, c’est-à-dire celui qui saura libérer son image enfermée dans l’un d’eux.

Toutefois, elle devra attendre le Chevalier prédestiné qui, ayant réussi l’épreuve, pourra la délivrer et l’épouser. Il s’agit clairement de Solve et Coagula des philosophes hermétistes ; et il est évident que le coffret (cercueil) équivaut à une invitation à faire ressurgir quelque chose de mort, de déchu, qui doit être réveillé. Les trois coffrets sont de plomb, d’argent et d’or. Dans l’un d’eux se trouve l’image de Porzia. Si l’on considère que Porzia est une femme en chair et en os, son image équivaut à l’esprit qui doit être libéré ; c’est l’image qui doit être reconnectée à l’essence.

JPG - 38.4 ko
Agrandir l’image

Le père mort est l’équivalent du Roi du Graal affaibli, l’équivalent de la carence de la tradition qui, pour être rétablie, a besoin d’un Chevalier prédestiné. En effet, pour Porzia, qui craint un choix de la part d’un soupirant qui ne l’aime pas vraiment, Nerissa sa suivante dit que l’idée de l’énigme des trois coffrets est bonne parce que " ne pourra jamais bien choisir qui bien ne vous aime ", confirmant le mythe du Chevalier prédestiné à la victoire.

Ceux qui veulent se confronter à l’épreuve doivent être certains de leurs propres qualifications, ils doivent se sentir assez forts et préparés pour vaincre. L’enjeu est très élevé : la victoire ou la mort spirituelle. Avant d’affronter l’épreuve, ils doivent se soumettre à un serment selon lequel, s’ils sortent perdants ils doivent renoncer pour toujours à aimer aucune femme.

Les trois coffrets sont d’or, d’argent et de plomb.

Sur le coffret en or est écrit : " Qui me choisit aura ce à quoi un grand nombre aspire. "

Sur le coffret d’argent : " Qui me choisit aura ce qu’il mérite. "

Sur le coffret de plomb : " Qui me choisit doit donner et risquer tout ce qu’il a. "

L’énigme ne peut être résolue que par le Chevalier prédestiné. Lui seul sait que la conquête est le fruit d’immenses sacrifices comprenant aussi le risque de perdre sa propre vie et que la méthode pour parvenir à la réalisation est de se dépouiller de tout ce que l’on possède. L’esprit dans sa nudité/candeur/pureté conquiert la vérité. Le dépouillement de l’Adepte est connu dans toutes les traditions.

Pour commander l’ouvrage de S. Caracciolo (en 2e partie de "La Science Hermétique", Ed. L’Originel) :
http://loriginel.com/livre/franc_maconnerie/sebastiano_caracciolo/la_science_hermetique.html

Forum

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques |

     RSS fr RSSLittérature   ?

Creative Commons License

-->