La non-dualité comme voie d’éveil

Quel est le problème maintenant, si vous n’y pensez pas ?

Conversations avec Bob Adamson " Le marin ".

jeudi 15 février 2007 par Claire Mercier

JPG - 14.4 ko
Bob Adamson
"Le marin"

La recherche de Bob s’est terminée en la présence de Nisargadatta : " Nisargadatta m’a montré la réalité que JE SUIS. Maintenant je réside en Cela. " Bob Adamson.
Depuis, il partage sa compréhension avec ceux qui recherchent des réponses aux questions essentielles de la vie. Ce livre rassemble des échanges qui ont lieu chaque semaine, chez lui, à Melbourne, en Australie. (Extrait)

Q : Où commence la dualité ?

Avec l’habitude ou la croyance que je suis celui qui fait !

Q : Je n’ai pas le courage d’accepter que je ne contrôle pas ma vie.

Voyez la limitation que vous vous imposez. Qu’est-ce que l’intelligence et l’énergie ? N’est-ce pas le courage même ? N’est-ce pas l’amour, la compassion ? Vous avez tout le courage dont vous avez besoin. Mais nous nous imposons une limitation avec "je n’ai pas le courage". Une fois qu’il est clairement vu qu’il n’y a pas de centre, même si vous vous laissez reprendre par l’habitude, vous ne l’aviez perdue qu’en apparence. Dans la connaissance et la profonde réalité de la connaissance, cela ne se perd jamais. Cela ne possède ni début, ni fin. Y a-t-il seulement une séparation ? Etes-vous séparé de l’air que vous respirez ? Etes-vous séparé de la terre sur laquelle vous vous tenez ? Quelle est donc cette séparation ? N’est-ce pas juste un autre concept ?

Vous entendez le tram rouler, dehors ?

Q : Oui.

Vous savez immédiatement que c’est le tram, avant même que la pensée ne parvienne au mental. C’est l’intelligence pure qui enregistre tout, tel quel. Une fraction de seconde plus tard, vous direz : "C’est un tram" ou "quelqu’un vient de tousser" ou "quelqu’un a bougé". à ce moment-là, vous n’êtes plus sur le fil du rasoir. Juste avant, c’est le simple enregistrement de tout ce qui est, tel qu’il est. L’intelligence pure ne change rien, ne modifie rien, elle se comporte comme un miroir, elle reflète chaque chose telle qu’elle est. La seule différence dans cette analogie avec un miroir, c’est que le miroir lui, a besoin d’objets extérieurs à lui-même.

Quel est le problème maintenant, si vou n'y pensez pas ?

Comme le soleil, cette intelligence pure rayonne. Toutes ces vibrations, ces mouvements d’énergie sont enregistrés tels quels. Le mental lui, se présente avec des discriminations. Il a des préférences, il est partial et utilise des comparaisons. C’est la nature même du mental que de diviser. C’est la nature de cette manifestation que de fonctionner par couples d’opposés. Le silence pourrait-il exister sans le son, le calme sans le mouvement ? à quoi pourriez-vous les comparer, sans ces opposés ? De ce point de vue, il n’y a pas de grand méchant loup dans tous ces couples d’opposés, ils sont compris pour ce qu’ils sont.

Votre expérience directe est donc bien là, ici, maintenant, à l’instant présent. Cela constituera toujours une expérience directe. Stop, arrêtez-vous !

(Pause)

Le mental commence à pouvoir s’échapper avec des : "Et si ? " Entendre, voir, sentir, vivre, respirer ! C’est immédiat ! Immédiat ! Vous verrez, c’est toujours là en premier, et c’est seulement l’habitude du mental que de s’accrocher et de vous entraîner en apparence. Mais quand cela arrive-t-il ? C’est bien maintenant, non ? Vous ne pouvez penser que dans l’instant présent. Si vous pensez au passé, vous le faites dans l’instant présent. De même que pour le futur, vous y pensez au présent. Vous n’êtes jamais sorti du présent, vous en avez seulement l’impression.

Un peu d’attention soutenue et vous voyez ce qui se passe en réalité, allez-vous, pour autant, en être dépendant ? Non. Vous en avez perçu le faux. Cela ne va pas vous empêcher d’aller dans le passé ou le futur, mais vous avez compris, vous avez vu au travers de l’illusion.

Q : Alors comment fonctionne le Jnani (le sage) ?

Comme tout le monde. Les choses se font. Il sait qu’il n’y a pas de sujet qui agit, car il a vu précisément qu’il ne pouvait pas y en avoir. L’idée d’une personne s’avère être une croyance complètement erronée, la croyance en ce sentiment de " séparation ", le "moi".


Forum

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques |

     RSS fr RSSPhilosophies et Religions RSSNon-dualité   ?

Creative Commons License

-->