Aventure éditoriale

A la source de L’Originel

Itinéraire avec Charles Antoni

jeudi 15 mars 2007 par Claire Mercier

JPG - 44.8 ko
Charles Antoni,
Théâtre du Soleil,
rôle de Mario,
dans "La Cuisine"
d’Arnold Wesker, 1967.

Charles Antoni a appartenu de 1964 à 1968 à la troupe du Théatre du Soleil. A partir de 1969 il effectue de nombreux voyages et séjours en Inde, en Asie Centrale, en Chine, au Mexique etc., étudiant les différentes traditions du "chemin qui mène à l’éveil du monde intérieur". Parallèlement il écrit ses premiers ouvrages qui traitent aussi bien de la philosophie que de la pratique de ces diverses Traditions. En 1977, il fonde et anime en tant que Rédacteur en Chef la revue L’Originel, qui par la suite devient maison d’édition. Recherche approfondie, dans une perspective d’ouverture, pour la connaissance de l’être et de ses possibles.

JPG - 62.7 ko
Yogi Amrit Anandi Ghiri
et Charles, 1975

Charles était alors acteur et je le rencontrai pour la première fois en 1971 dans la pièce qu’il jouait au Théatre Mouffetard, et Le Prisonnier des cimes . Il avait déjà voyagé en Inde et pratiquait assidument le yoga, et écrivait alors son premier livre "Cours pratique de yoga", aux éd. Belfond. Je commençai alors à suivre des cours de yoga avec lui. Il enseignait au début chez lui, puis s’installa successivement dans différentes salles. Charles avait un tel charisme que je voulais le faire connaître au café-tabac au Métro Censier-Daubenton. Il faisait tout partager et aimait être entouré, avec Pierre j’étais toujours invitée à sa table dans sa famille, aussi bien à Paris qu’en Corse.

A cette époque, nous fréquentions assidument les conférences de Philippe Lavastine, brillant orientaliste, spécialiste de Borobudur, et qui avait bien connu Gurdjieff. Aprés chaque conférence, nous retrouvions, dans un petit restaurant de Saint-Germain-des-Prés, Olivier Dhyèvre, Jean-Claude Marol, Georges Bodereau et de nombreux amis de Charles. Du matin au soir, toute une équipe gravitait autour de lui, stimulée par ses projets.

JPG - 66.8 ko
Claire et Catherine en 1978

Un des pôles d’attraction était bien sur l’Inde, où Charles est allé à de nombreuses reprises rencontrer sages et penseurs, depuis "la Mère" de Sri Aurobindo à Swami Poonja.

Phénomène de mode ou mimétisme ? Tous les élèves de Charles faire un tour en Inde, moi-même je fis un voyage avec lui en 1977. Certains de ses élèves iront à Poona dans l’ashram de Sri Rajneesh et reviendront habillés en orange, le mala à l’effigie du Maître sur la poitrine et affublés d’un nom indien ; ce qui ne les empêcha pas, bien entendu, de continuer à suivre le sillage de Charles.

En 1976 une nouvelle ère commence. Après seulement deux semaines de recherches actives, Charles découvrit un lieu magnifique un atelier d’artiste délabré, qui va devenir la plaque tournante d’une vie intellectuelle trépidante.

Toute l’équipe de Charles est stimulée par ses projets : rénovation complète du lieu qui était à la limite de l’insalubre, démarrage en kiosques de la Revue L’Originel et impression des premiers livres des éditions L’Originel sur l’Offset d’un ami de Pierre Vrignaud. C’est une vraie fourmilière, nous tournons autour d’une table pour assembler les feuillets du livre de J.G. Bennett " Comment nous faisons les choses ". Laurence Weber, élève de Bennett, avait accepté de transmettre son enseignement à Charles s’il trouvait un lieu et un groupe de personnes intéressées, ce qu’il fit, pendant sept ans.

JPG - 83.4 ko
Claire, Marie-Claude et Charles, 1982

Jean Carteret pendant une année est venu presque tous les soirs lui rendre visite, et au cours d’interminables dîners philosophiques que Charles organisait régulièrement chez lui, les dialogues étaient enregistrés, et fournirent matière à un livre, Des dialogues et du Verbe .

JPG - 19.4 ko
Sylvie

Durant un an, à son tour, Charles anima un groupe de travail interne avec Sylvie , et de nombreux participants, où nous nous étions donné comme but la désidentification d’avec notre propre image.

Le lieu de Charles était devenu une demeure ouverte , une plaque tournante de la recherche intérieure : Tibétains, Indiens, Soufis, philosophes, thérapeutes, artistes, venaient, invités par Charles, faire des conférences, ou participer à ses dîners philosophiques . Charles connaissait tant de monde et il motivait tant les gens qui l’approchaient que les articles abondaient pour sa Revue.

En mai 1980, la Revue L’Originel s’étant mise en stand-by, et Charles ayant rencontré un personnage hors normes, Carlos Azagra, s’attelait nuit et jour à l’écriture de son essai philosophique L’Intangible. Il prend alors la décision de créer un nouveau groupe de travail. Ce groupe était si décapant que j’y invitai beaucoup d’amis et le mouvement fit boule de neige. Nous nous réunissions deux fois par semaine à Paris et on invita Charles à animer des ateliers en province.

JPG - 55.6 ko
Claire et Rolande 1982

Puis ce fut l’expansion de la Maison d’Edition. On confia à Charles de nombreux manuscrits : Arnaud Desjardins lui donna son accord pour la publication des entretiens de son Maître, Swami Prajnanpad, et Irina Tweedie, qu’il rencontra à Londres, lui confia la traduction de son livre L’Abîme de feu, traduction à laquelle je participai.

Enfin, en 1986, après la parution de son essai philosophique L’Intangible, Charles décida de souffler quelque peu, en mettant l’édition en sommeil... jusqu’en 1994, avec la parution du numéro "Spécial Corse" de la Revue L’Originel de nouveau en kiosques. "L’infini voyage" se poursuivait...


Forum

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques |

     RSS fr RSSTémoignages   ?

Creative Commons License

-->